Les assises de l’édition, le volet professionnel du salon du livre de Genève

Depuis 2015, le salon du livre a développé un volet professionnel en marge de la manifestation publique. Lieu d’échanges et de rencontres entre représentants de l’interprofession, les assises de l’édition ont pour objectif de saisir les enjeux contemporains et cerner les bouleversements auxquels sont confrontés les divers métiers du livre, dans le but de proposer des perspectives inédites et des pistes de réflexions nouvelles.

Ces journées ont réuni chaque année plus de 200 personnalités mêlant professionnels suisses, francophones et internationaux, responsables politiques et culturels et médias culturels.

2019 accueillera ainsi les 5e assises de l’édition les 1, 2 et 3 mai 2019. Durant trois jours se succèderont tables rondes, face-à-face, interventions individuelles et ateliers participatifs autour du thème « Le livre par-delà les frontières ».

Journées gratuites (hors déjeuner) et réservées aux professionnels – accréditation en ligne dès mars 2019

Contact : Delphine Hayim, delphine.hayim@palexpo.ch


Le programme

Mercredi 1 mai : L’Afrique des possibles

Suite au succès des premières assises du livre en Afrique en 2018, cette session abordera les freins au voyage du livre, du Nord au Sud et du Sud au Nord: censure, obstacles à la circulation des ouvrages, parcours de femmes éditrices, solutions en matière d’export et de formation. Dans ce cadre, des projets novateurs susceptibles d’avoir un impact sur le futur du livre seront présentés.

Placées sous le thème de l’Afrique des possibles, les discussions du mercredi 1er mai aborderont les freins au voyage du livre, du Nord au Sud et du Sud au Nord à travers plusieurs temps forts qui rythmeront la journée.

Le débat autour de « La censure : hydre protéiforme » permettra de mieux comprendre les actions menées pour lutter contre les nouvelles formes de barrières posées à la diffusion de l’écrit ; le cofondateur et président directeur général de Publiseer – outil d’édition et de diffusion de livres numériques et musique – Chidi Nwaogu, présentera la plateforme nigériane qui bouscule tout ; Layla Chaouni, fondatrice et directrice des éditions le Fennec et Irene Staunton, fondatrice et directrice éditoriale de Weaver Press raconteront leurs parcours de femmes éditrices, leur réussite incontestée et leur légitimé incontestable. Enfin, trois acteurs francophones présenteront leurs solutions innovantes pour faire évoluer l’ensemble de l’industrie du livre : Openchabab des éditions En toutes lettres (projet de formation de journalistes essayistes au Maroc), La Kora (plateforme francophone de cession de droits en ligne) et Tamis (une révolution des métadonnées pour une meilleure découvrabilité du livre).

Découvrez le programme complet du mercredi 1er mai prochainement

Jeudi 2 mai : Prêt numérique, vente de droits, soutien à l’édition et promotion de la lecture

Une matinée d’ateliers – prêt numérique et ses applications dans les divers secteurs et vente et achat de livres dans l’espace francophone – suivie d’une après-midi qui examinera les dispositifs d’aide au livre et à l’édition. Une opportunité de présenter un bilan de l’aventure Livre+ et faire un tour d’horizon des pratiques et outils existants dans l’espace francophone.

Les questions du prêt numérique, de la vente de droits, du soutien au livre et à la promotion de la lecture en Francophonie seront examinées le jeudi 2 mai.

La matinée sera structurée autour de deux ateliers pratiques et interactifs : « Bibliothèques : la transhumance numérique » donnera la parole aux divers maillons de la chaîne dont Jean-François Cusson, directeur général de Bibliopresto (Québec) et Mathieu Raynaud, responsable des ventes numériques auprès des éditions Actes Sud, ceci afin d’analyser le cas du prêt numérique et ses différents modèles tandis que « Vendre et acheter le livre en Francophonie » se penchera sur l’exportation des ouvrages grâce à l’intervention de professionnels de France, de Suisse, du Canada, de Belgique. Gloria Gutierrez, directrice artistique de l’agence Balcells, plus vieille agence littéraire de Barcelone, ajoutera le regard hispanophone aux questions soulevées. L’après-midi dédiée aux dispositifs d’aide au livre est organisée en collaboration avec la Conférence intercantonale de l’Instruction publique. Une session qui donnera l’opportunité de revivre l’aventure Livre + et de faire un tour d’horizon des outils existants dans diverses régions francophones : Québec, Wallonie, Suisse romande et Centre-Val de Loire. Enfin, une rencontre entre libraires francophones et libraires suisses sera organisée pour la première fois au cœur de la ville de Genève pour un échange sur la manière de rendre la librairie attractive.

Découvrez le programme complet du jeudi 2 mai prochainement

Vendredi 3 mai : Rencontre et dialogue entre les métiers du livre

Petit déjeuner des libraires francophones et des éditeurs romands. Le programme accueillera dix libraires de France, de Belgique, du Québec, de Barcelone et de Londres pour des rencontres et des visites de Genève et de sa région. Le volet traduction littéraire permettra aux éditeurs québécois et belges de rencontrer éditeurs et traducteurs germanophones.

Le vendredi 3 mai sera consacré aux libraires francophones. Pour débuter, l’incontournable petit déjeuner réunira les éditeurs suisses romands et la dizaine de libraires francophones conviés au salon pour la seconde année consécutive, Xavier Moni, président du syndicat de la libraire française et co-fondateur de la librairie Comme un roman à Paris, Olivier Verschueren, gérant de la libraire Livre aux trésors de Liège, mais aussi Montse Porta de la librairie Jaimes de Barcelone et Isabelle Lemarchand, propriétaire de la librairie La Page à Londres. Suivra une grande visite du salon du livre durant laquelle les participants découvriront notamment les trésors des éditeurs belges, québécois et africains.

En parallèle, un atelier sur la diffusion et la circulation des ouvrages sera proposé par l’Alliance internationale des éditeurs indépendants et une rencontre entre éditeurs belges, québécois et traducteurs germanophones sera organisée en collaboration avec Québec Édition, la Fédération Wallonie-Bruxelles, le Centre de traduction littéraire de Lausanne et le Collège de traducteurs Looren.

Découvrez le programme complet du vendredi 3 mai prochainement


Quand le livre devient jeu vidéo

Faire communiquer la littérature et les arts numériques ? C’est l’idée inédite de la Fondation pour l’Écrit, du salon du livre de Genève et du Numerik Games Festival qui lancent un projet original et unique : la conception d’un jeu vidéo librement inspiré d’un livre.
La première grande étape du projet, la rencontre entre le studio de développeurs romands spécialement créé pour l’occasion et les sept éditeurs francophones retenus aura lieu le samedi 4 mai de 13h à 15h sur la scène des imaginaires du salon du livre.

Faire communiquer la littérature et les arts numériques ? C’est l’idée inédite de la Fondation pour l’Écrit, du salon du livre de Genève et du Numerik Games Festival qui lancent un projet original et unique : la conception d’un jeu vidéo librement inspiré d’un livre, dont un prototype sera présenté à la fin de l’été au Numerik Games Festival 2019 et la version définitive au salon du livre de Genève en 2020.

Venez vivre en direct sur la scène des imaginaires la première grande étape du projet : la rencontre entre le studio de développeurs romands spécialement créé pour l’occasion et les sept éditeurs francophones retenus. Le samedi 4 mai de 13h à 15h, chaque éditeur aura 8 minutes pour présenter aux développeurs le livre préalablement choisi. À l’issu de ce véritable « speed dating » 2.0, parrainé par Alain Damasio et animé par Samantha Bailly, les développeurs élisent le titre qu’ils souhaitent adapter en jeu vidéo.

Quelles maisons d’édition participent à ce projet ?

– La Volte pour Les Furtifs en présence de l’éditeur Mathias Echenay et de l’auteur Alain Damasio (France)

– Alice jeunesse pour La loi des pyramides en présence de l’éditrice Mélanie Roland (Belgique)

– Hélice Hélas pour « MAILTO : ADA, VEN. 21.02.2098, 5 : 45 », tiré du recueil Et si l’humanité devenait numérique en présence de l’éditeur Alexandre Grandjean et l’auteure Elodie Barras (Suisse)

– La Joie de lire pour Un détective très très spécial en présence de l’éditrice Francine Bouchet et de l’auteur Romain Puértolas (Suisse)

– Bragelonne – plus d’information à venir

– Septentrion pour Les aventures de Radisson en présence de l’éditeur Gilles Herman et de l’auteur Martin Fournier (Québec)

– Dargaud – Lombard pour Les aventures de Yakari en présence de Joseph Montagne, directeur commercial (Belgique)

 

Qui sont les quatre développeurs relevant le défi ?

Marion Bareil, Game design / UI design (Genève)

Marion Bareil est directrice artistique et designer d’interaction. En 2015, elle cofonde Tourmaline Studio avec Camille Attard, game designer et productrice rencontrée aux Gobelins. De leur démarche créative commune naît Oniri Islands, un jeu d’aventure sur tablette avec des jouets connectés.

Swan Keller, Graphic Design (Jura bernois)

Swan Keller est un artiste digital indépendant spécialisé dans le développement visuel et la création d’univers. Il travaille actuellement sur de multiples projets touchant aux jeux vidéo, aux jeux de société, aux films d’animation et d’illustrations et enseigne également en tant que professeur de concept et de game art à l’EPAC depuis octobre 2018.

Joël Lauener, Code / Game design (Neuchâtel et Vaud)

Joël Lauener travaille comme développeur au sein de l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN). En parallèle, il crée sous l’alias « Zapped Cow » des jeux vidéo depuis quinze ans.

David Javet, Production / Coordination (Vaud)

Au sein du collectif lausannois Tchagata Games, David Javet développe des jeux vidéo. Il travaille également comme curateur du contenu « jeux vidéo » dans différents festivals et est doctorant en section d’histoire et esthétique du cinéma à l’Université de Lausanne.

Les assises 2018