Invité d’honneur

Laurent Gaudé

Né en 1972, Laurent Gaudé a fait des études de Lettres Modernes et d’Etudes Théâtrales à Paris. En 1997, il publie sa première pièce, Onysos le furieux, à Théâtre Ouvert. Ce premier texte sera monté en 2000 au Théâtre National de Strasbourg dans une mise en scène de Yannis Kokkos.

 

Toute son œuvre est publiée chez Actes Sud.

Suivront alors des années consacrées à l’écriture théâtrale, avec notamment Pluie de cendres, jouée au Studio de la Comédie Française, Combat de Possédés, traduite et jouée en Allemagne, Médée Kali, jouée au Théâtre du Rond-Point, Les Sacrifiées, créée au Théâtre des Amandiers à Nanterre, Caillasses, créée au Théâtre du peuple à Bussang, ou Danse, Morob, créée à Dublin.

 

Son premier roman, Cris, est publié en 2001. Avec La Mort du roi Tsongor, il obtient, en 2002, le prix Goncourt des Lycéens et le prix des Libraires.

 

En 2004, il est lauréat du prix Goncourt pour Le Soleil des Scorta, roman traduit dans 34 pays. Depuis 2008, il travaille régulièrement avec des compositeurs contemporains pour lesquels il écrit des textes ou des livrets d’opéra : Roland Auzet (Mille Orphelins), Thierry Pécou (Les Sacrifiées), Kris Defoort (Daral Shaga), Thierry Escaich (Cris) et Michel Petrossian (Le Chant d’Archak).

Il est également l’auteur de deux recueils de nouvelles, Dans la nuit Mozambique et Les Oliviers du Négus ainsi que de livres en collaboration avec les photographes Oan Kim (Je suis le chien Pitié) et Gaël Turine (En bas la ville). Depuis 2013, il a également effectué des voyages (Port-au-Prince, le Kurdistan irakien, la jungle de Calais ou Dacca) qui ont donné lieu à des reportages. De ces expériences, il tirera également un premier recueil de poèmes, De sang et de lumière, publié en 2017. Son dixième roman, Salina, les trois exils, reçoit en 2019 le Grand Prix du Roman Métis (ainsi que le Prix du Roman Métis des Lecteurs et le Prix du Roman Métis des Lycéens). La même année, il publie le long poème Nous l’Europe, banquet des peuples, couronné par le Prix du Livre Européen, et qui est adapté à la scène par Roland Auzet et créé au festival d’Avignon.

 

En 2020, il publie un récit, Paris, mille vies, puis, en 2021, une nouvelle pièce, La dernière nuit du monde qui est créée au Festival d’Avignon, dans une mise en scène de Fabrice Murgia. Son dernier texte, Grand menteur, paraît en février 2022.

© Jean-Luc Bertini