Prix Kourouma

Romuald Fonkoua et Christine Le Quellec Cottier remettent le prix Kourouma 2022 à Osvalde Lewat (centre) pour Les Aquatiques (éditions Les Escales).

Prix 2023

Inscriptions ouvertes !

Envie de faire partie de l’aventure ? Soumettez votre ouvrage jusqu’au 20 décembre 2022 !

SOUMETTRE UN OUVRAGE

Règlement

Contact

Ouvrages en lice.

Le bateau de Cuffe et Cinqué (Proximité), Blaise Ahnai Bay
Consolée (Autrement), Beata Umubyeyi Mairesse
Il n’y a pas d’arc-en-ciel au paradis (Hélice Hélas), Noël Nétonon Ndjékéry
Au nom de la femme (L’Harmattan Sénégal), Mariama Nianthio Ndiaye
Ajar-Paris (Plon), Fanta Dramé
Comme une reine (JC Lattès), Ernis
Le feu du millieu (Le Bruit du Monde), Touhfat Mouhtare
Le commerce des allongés (Seuil), Alain Mabanckou
Dis-Moi pour qui j’existe (JC Lattès), Abdourahman Waberi
Habiller le ciel (Gallimard | Continent noir), Eugène Ebodé
Sister Deborah (Gallimard | Continent noir), Scholastique Mukasonga
Deux secondes d’air qui brûle (Seuil), Diaty Diallo
La dissociation (Seuil), Nadia Yala Kisukidi
Ainsi pleurent nos hommes (Philippe Rey), Dominique Celis
Magnanime (Le Lys Bleu), Ibrahim B. Dicko

Littérature africaine

LE PRIX AHMADOU KOUROUMA.

En 2003, disparaissait le véritable monument de la littérature africaine qu’est l’écrivain ivoirien Ahmadou Kourouma. 

En 2004, le salon africain décidait de lui rendre hommage en créant un prix littéraire qui porte son nom. Décerné chaque année dans le cadre du salon du livre de Genève, le prix Ahmadou Kourouma récompense un auteur d’expression française, africain ou d’origine africaine de l’Afrique subsaharienne, pour un ouvrage de fiction – roman, récit ou nouvelles – dont l’esprit d’indépendance, de lucidité et de clairvoyance s’inscrit dans l’héritage littéraire et humaniste légué par le romancier ivoirien.

Outre la reconnaissance littéraire et le rayonnement médiatique pour son lauréat, ce prix est également doté d’une somme de chf 5’000.-. Le prix Ahmadou Kourouma 2022 à Osvalde Lewat, pour son premier roman Les Aquatiques aux éditions Les Escales.

Celui-ci raconte l’histoire de Katmé, une femme d’une trentaine d’années, mariée à un homme de pouvoir, et dont la vie bascule le jour où son meilleur ami, son presque frère, est arrêté et emprisonné par l’Etat du Zambuena, le pays d’Afrique subsaharienne où ils vivent.

Osvalde Lewat, est une écrivaine, photographe et réalisatrice franco-camerounaise née à Garoua au Cameroun.

LE JURY.

Président :
Jacques Chevrier

Professeur émérite à la Sorbonne et président de l’ADELF, association des Ecrivains de langue française

Christine Le Quellec
Cottier

Professeure titulaire UNIL – Faculté des Lettres Section de français, littératures francophones

Isabelle
Rüf

Critique littéraire pour Le Temps

Isabelle
Chariatte

Auteur et professeure à l’université de Bâle – Faculté des lettres et sciences humaines

Romuald
Fonkoua

Professeur des universités, Directeur du Centre International d’Études francophones (CIEF), Université Paris-Sorbonne

Boniface
Mongo Mboussa

Critique littéraire et professeur de littérature francophone à Sarah Lawrence collège de Paris

Timba
Bema

Timba Bema

Écrivain, poète et slameur

Les lauréat.e.s 2004 – 2022.

  • 2022

    Osvalde Lewat , Les Aquatiques (éditions Les Escales)
  • 2021

    Blaise Ndala, Dans le ventre du Congo (éditions Seuil)
  • 2020

    Hemley Boum, Les jours viennent et passent (Gallimard)
  • 2019

    David Diop, Frère d’âme (édition du Seuil)
  • 2018

    Wilfried N’Sondé, Un océan, deux mers, trois continents (Actes Sud)
  • 2017

    Max Lobe, Confidences (Zoé)
  • 2016

     Beyrouk, Le tambour des larmes (Editions Elyzad)
  • 2015

    Mohamed Mbougar Sarr, Terre ceinte (Présence Africaine Editions)
  • 2014

    Mutt-lon, alias Daniel Alain-Nsegbe, Ceux qui sortent dans la nuit (éditions Grasset)
  • 2013

    Tierno Monénembo, Le terroriste noir (éditions du Seuil)
  • 2012

    Scholastique Mukasonga, Notre dame du Nil (éditions Gallimard collection Continents noirs)
  • 2011

    Emmanuel Dongala, Photo de groupe autour du fleuve (éditions Actes Sud)
  • 2010

    Florent Couao-Zotti, Si la cour du mouton est sale, ce n’est pas au porc de le dire (éditions du Serpent à plumes)
  • 2009

    Kossi Efoui, Solo d’un revenant (éditions du Seuil)
  • 2008

    Nimrod, Le Bal des princes (éditions Actes Sud)
  • 2007

    Sami Tchak, Le Paradis des chiots (éditions Mercure de France)
  • 2006

    Koffi Kwahulé, Babyface (éditions Gallimard)
  • 2005

    Tanella Boni, Matins de couvre-feu (éditions du Serpent à plumes)
  • 2004

    Esther Mujawayo et Souâd Belhaddad, Survivantes. Rwanda, dix ans après le génocide (éditions de l’Aube) 

AVEC LE SOUTIEN DE